Tout se justifie : il n’y a pas de hasard